En Grèce, l’austérité au programme

Le gouvernement envisage de baisser les retraites et abandonne son plan d’aide aux plus démunis. Correspondance, Angélique Kourounis.

Il y a presque un an, le mot d’ordre en Grèce était « le 25 on vote, le 26 ils [les conservateurs] dégagent ». Et le 27, chacun disait ce qu’il voulait faire : trouver du travail, repeindre sa maison, changer de canapé… c’était l’euphorie. Les Grecs se voyaient en grands timoniers du changement social. Ils pensaient sincèrement que leur vote en faveur de Syriza, le parti de la gauche radicale, pouvait changer l’Europe et mettre fin à l’austérité. Aujourd’hui, deux scrutins et un référendum bafoué plus…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents