Iran : Hassan Rohani vise les législatives

Un mois après l’accord sur le dossier nucléaire, les législatives du 26 février pourraient lui permettre d’obtenir une majorité plus conciliante.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Le président iranien Hassan Rohani espère bien rentabiliser politiquement l’accord qui vient d’être validé sur le dossier nucléaire. Un mois après cet événement, les législatives du 26 février pourraient lui permettre d’obtenir une majorité plus conciliante au Majlis, le Parlement iranien, actuellement dominé par les conservateurs. Ce qui lui permettrait d’accélérer les réformes politiques et sociales à partir de la levée des sanctions, qui ont rendu le pays exsangue.

Mais les conservateurs, souvent hostiles à l’accord signé en juillet avec les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU et l’Allemagne, portent aujourd’hui la bataille sur un autre front. Majoritaires au sein de la commission centrale de surveillance, ils ont le pouvoir de rejeter des candidatures. Et ce sont évidemment les réformateurs, réputés proches du président Rohani, qui font les frais de cette sélection.

Selon un responsable réformateur, seuls quatre candidats réformateurs ont été approuvés pour la ville de Téhéran, sur trente noms proposés. L’affrontement devrait durer jusqu’au 4 février, date de publication des listes définitives.


Photo : KENARE/AFP

Haut de page

Voir aussi

Articles récents