Dossier : Attentats, un an après : Une société fracturée

Jihadisme : « Des crises d’adolescence qui tournent mal »

Le psychiatre Serge Hefez reçoit en consultation des jeunes convertis au jihad. Selon lui, leur quête de sens et l’efficacité des recruteurs les entraînent vers des états qui s’apparentent à des délires paranoïaques.

Le pédopsychiatre Serge Hefez travaille depuis plus de trente ans avec des adolescents et leurs familles. Concernant les jeunes qui se radicalisent, il renvoie au mot du politiste Olivier Roy, qui parle d’ « islamisation de la radicalité » pour évoquer une islamisation de la révolte adolescente. Il travaille dans un premier temps avec les familles sur l’adhésion des jeunes à une démarche de soin, et, dans un second temps, sur le clivage intérieur qu’il décèle chez eux. Selon lui, la résolution de ce…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents