Peluches et marionnettes

[FIPA 2016] Le mariage pour tous rapporté dans un dialogue entre une mère et son fils. Mais non sans choisir une forme éblouissante dans « la Sociologue et l’ourson ».

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Des peluches, des marionnettes dans une chambre qui semble être celle d’un enfant, du moins d’un grand enfant. « J’espère ne pas devenir l’héroïne du film tout de même ! », lance la mère à son rejeton quand il lui fait part de son intention de la filmer dans la cour de l’Elysée. C’est que la sociologue de renom, Irène Théry, est invitée justement au palais présidentiel pour un déjeuner autour de François Hollande, un déjeuner de travail autour du projet du mariage pour tous. De fait, le fiston ne sera pas autorisé à filmer au-delà de la porte d’entrée. Elle lui fera un compte-rendu le lendemain, par téléphone. Et pour illustrer le propos, le co-réalisateur (et rejeton) choisit peluche et marionnettes, en lieu et place des protagonistes. Un « dispositif » éprouvé tout au long du film concentré donc sur le mariage pour tous, depuis le projet de loi jusqu’à l’adoption du texte. Pari formel osé s’il en est.

Passent ainsi les évocations de l’histoire familiale (remontant à trois générations pour expliquer l’évolution du mariage dans notre société), des scènes de la vie quotidienne, des manifestations, Mai 68, François Hollande, David Pujadas et Claire Chazal (en volatiles), Frigide Bardot, le processus de la procréation, l’insémination artificielle, la filiation, Christiane Taubira, les rapports houleux à l’Assemblée nationale… Entre deux séquences, des actualités « réelles », des archives qui ne font qu’appuyer la mise en scène illustrant une année d’intenses débats, suivant précisément les travaux et les démarches d’Irène Théry, ses interventions dans les médias, mais aussi ses échanges avec son fils, principalement téléphoniques. La Sociologue et l’ourson tient donc autant sur le mariage pour tous que sur la relation mère/fils, sur un ton et un parti-pris résolument pédagogique et ludique. Une histoire à la fois intime, et universelle, délicieusement menée. Le toutim en peluche, époustouflant.

La Sociologue et l’ourson, Etienne Chaillou et Mathias Théry, 1h18. Sortie en salles le 6 avril.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents