Samuel Beckett : Le silencieux prolixe

Le deuxième tome de la correspondance de Samuel Beckett – les années de l’ascension – paraît en même temps qu’un étonnant album photo.

Pour qui a eu la chance de lire le premier tome de la correspondance de Samuel Beckett, les perspectives n’étaient pas radieuses pour le jeune écrivain irlandais exilé à Paris. Ses manuscrits, en anglais, intéressaient peu les éditeurs anglo-saxons. Il survivait grâce à divers petits métiers. Avec le tome II des Lettres, où George Craig et toute une équipe ont rassemblé la correspondance des années 1941-1958, les choses changent. Beckett travaille encore dans une ferme en 1941, tout en participant à un…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents