Tu ne m’y reprendras pas de sitôt

L’intangible liberté d’expression dans laquelle se drape Charlie est d’une géométrie très variable.

Un an presque jour pour jour après l’abominable tuerie du 7 janvier 2015, Charlie Hebdo fait paraître cette semaine un numéro spécial tiré à un million d’exemplaires. L’on y trouve notamment un éditorial de Riss – le directeur de la publication – qui dénonce les « lâches et [les] faux amis qui nous ont toujours regardés de haut quand on caricaturait les religions. Tous ceux qui nous donnaient des leçons pour mieux dissimuler leur veulerie ». Puis d’ajouter : « La vérité, c’est que […] beaucoup espéraient…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents