Un antiracisme à géométrie variable

Il va de soi que personne au Parlement ne s’est pointé avec un voile.

Au mois de novembre dernier, peu après les attentats qui venaient d’ensanglanter Paris, une jeune femme voilée a été attaquée au cutter, à Marseille, par un taré qui l’a accusée d’être une terroriste. Aussitôt, François Hollande, président de la République française, a déclaré – selon le communiqué publié par l’Élysée : « À Marseille, une passante a été victime d’une agression islamophobe commise par un homme dont les motivations ne laissent hélas aucun doute. De tels actes sont innommables et…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Corps volants et coudes serrés

Culture accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents