Corée-du-nord: Indignations sélectives

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Ah la Corée du Nord ! L’ubuesque Kim Jong-un ! Celui-là a au moins un avantage : il fait l’unanimité contre lui. Même la Chine s’y est mise. À chacune des provocations du dictateur, l’ONU réagit avec une admirable célérité dont on rêverait sur des dossiers plus délicats. Et les grandes capitales se livrent à une surenchère d’adjectifs aussi réprobateurs que définitifs. Hélas, c’est un peu comme dans la chanson : « J’y pense et puis j’oublie ! »

Ces montées d’adrénaline planétaires surviennent quand Pyongyang lance un missile, ou fait exploser une bombe atomique plus ou moins expérimentale. Or, la tragédie du peuple nord-coréen est quotidienne. Les camps, les tortures, les exécutions, bref, la terreur, c’est tous les jours. Mais ce n’est jamais ce qui motive notre indignation.


Crédit photo: YONHAP / NORTH KOREAN TV / AFP

Haut de page

Voir aussi

Articles récents