Crise chinoise : jusqu’où le déni ?

La croissance chinoise était tout sauf soutenable.

L’un des aspects les plus fascinants de la crise mondiale qui a commencé en 2015 avec le krach financier chinois est la cécité volontaire de la communauté mondiale des économistes et des commentateurs sur la récession en Chine. En 2007, Li Keqiang (aujourd’hui Premier ministre du pays) avait évoqué la nature « artisanale », pour ne pas dire politique, du PIB chinois, ajoutant que le gouvernement de sa province préférait se focaliser sur des « indicateurs alternatifs » pour l’activité économique, comme la…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Décolonisation inachevée

Politique accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents