Des œuvres sacrifiées par des Tartuffe

Représentations perturbées, visas d’exploitation annulés… Alors que le projet de loi relatif à la liberté de création est en discussion au Sénat, les atteintes à l’expression artistique se multiplient.

« Ces dingues m’ont quand même flanqué par terre et versé trois cageots d’excréments de chiens sur la gueule ! J’ai aussi reçu une cinquantaine de lettres de menaces de mort. Et, à la même période, on a retrouvé des cutters sous les tables du restaurant du théâtre, avec le mot “Christ” inscrit sur les lames… » C’est le sort dont est victime, fin 2011, Jean-Michel Ribes, le directeur du Rond-Point, où l’on joue la pièce Golgota Picnic de Rodrigo Garcia. Chaque soir, les catholiques intégristes de Civitas, à…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents