François Kollar : La France au turbin

Une rétrospective de François Kollar au Jeu de Paume redonne vie au monde du travail dans l’entre-deux-guerres.

À Sotteville-lès-Rouen, c’est l’heure de la réparation d’une chaudière de locomotive. On entendrait presque les ronflements tumultueux de la bécane. Même boucan au forage des tôles, dans le Nord, où se distingue à peine la -silhouette d’un ouvrier engoncé dans la ferraille ; idem à Mulhouse, dans un atelier de montage des turbines ; au chantier naval de Penhoët, à Saint-Nazaire, à la construction des grands paquebots, sous l’œil d’un contremaître cravaté ; aux aciéries de Longwy, encore, au train de…

Il reste 91% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents