« Je ne suis pas un salaud », d'Emmanuel Finkiel : Être ou ne pas être reconnu

Dans Je ne suis pas un salaud, Emmanuel Finkiel propose le portrait d’un homme qui cherche en vain sa place. Une tragédie à résonance universelle.

Si Voyages, son premier long métrage, avait une évidente dimension mémorielle (mais ne comportait pas de scène reconstituée), Emmanuel Finkiel est un cinéaste qui explore le présent avec une sagacité exemplaire. À l’heure de la crise des réfugiés, il faudrait revoir Nulle part, terre promise (2009), qui suivait un groupe de migrants, un cadre d’une entreprise délocalisatrice et une touriste, trois emblèmes du déplacement contemporain dont les motivations diffèrent mais ne sont pas sans lien de cause à…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents