Le film d’adieu de Chantal Akerman

No Home Movie est l’œuvre posthume de la cinéaste décédée le 5 octobre. Elle l’avait consacrée à sa mère, elle-même sur le point de disparaître.

« Respire maman, ne me lâche pas, respire. Ne me lâche pas, pas encore. Je ne suis pas prête et peut-être que je ne serai jamais prête. » Ces phrases sont extraites de Ma mère rit, que Chantal Akerman a publié en 2013 [^1], un autoportrait écrit au fil de l’émotion par la cinéaste disparue le 5 octobre dernier. Impossible de ne pas citer ces mots – et on pourrait en citer d’autres encore tant la figure de cette mère aimée traverse tout le livre – alors que sort l’ultime film de -Chantal Akerman, No Home…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents