Le terrorisme et les garçons

En montant Poignard, du Brésilien Roberto Alvim, le Groupe M.I.A.O.U. aborde la radicalisation avec un subtil mélange d’humour et de noirceur. Mettant à distance la violence actuelle sans pour autant la minimiser.

D’un côté, il y a ceux qui profitent du système : un homme d’État influent (Adrien Gamba--Gontard, dont le rire glacial et la fausse désinvolture installent d’emblée le trouble) et un entrepreneur (Guillaume Perez, confondant d’ingénuité dans son machiavélisme) prêts à tout pour relancer l’économie en berne de leur pays. De l’autre, il y a des jeunes, une bande de désœuvrés. Il faut parfois se servir d’un poignard pour se frayer un chemin, du Brésilien Roberto Alvim, s’inscrit clairement dans une veine…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents