Stricto sensu

Jacques Julliard n’a pas relevé, après les attentats, « un seul incident grave contre les musulmans ».

Semaine après semaine, l’hebdomadaire national-républicain Marianne mouline, à grand renfort d’anathèmes contre qui défendrait une vision de la France et du monde moins strictement corsetée, une propagande où le prétexte de mieux lutter contre l’extrême droite justifie la déclinaison décomplexée de la plupart de ses thèmes sécuritaires de prédilection. Naturellement, cette noble mission requiert de la souplesse, car les faits sont têtus – et certaines fois si récalcitrants qu’il arrive même qu’ils…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents