Sur la ZAD, « le peuple de boue »

Pour contrer Ago Vinci, les occupants organisent une trentaine de chantiers collectifs. Grosse affluence malgré les intempéries.

Les travaux ont bel et bien démarré, samedi dernier, sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes. Mais pas de pelleteuse siglée d’une grande entreprise du BTP à l’horizon, ni de préfabriqués au logo d’Ago Vinci. La main-d’œuvre arbore l’écusson « Non à l’aéroport », et l’on afflue, en dépit d’une météo rebutante, pour proposer ses services. Dans un hangar de la Wardine, une ferme squattée entre le carrefour de La Saulce et La Châtaigne, « le bourreau d’intérim » jongle pour répartir les bénévoles sur l’un des…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

En Artsakh, sous les bombes

Monde accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.