Dossier : État d'urgence : La démocratie en danger

Travail : l’enfer du placard

Dans les entreprises, les mises au placard montrent les effets d’un management déshumanisé. Et les risques psycho-sociaux sont aussi importants que pour le surmenage.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


La plupart des grandes entreprises, publiques ou privées, ont leurs « placardisés ». Salariés sans travail, ils sont parfois au placard depuis si longtemps que leurs collègues ont oublié pourquoi. Et ce placard n’a rien de doré. Les risques psycho-sociaux sont aussi importants que pour le surmenage. Le « bore-out syndrom », ou l’ennui au travail, envahit les rubriques « psycho » des magazines, mais cet anglicisme relevant surtout les supposées « rigidités » du code du travail, lesquelles emprisonneraient les employés inutiles dans le salariat. Mais les mises au placard montrent les effets d’un management déshumanisé, rendu tout-puissant par la pression du chômage et la faiblesse des contre-pouvoirs dans l’entreprise. Elles sont au mieux une faillite de l’encadrement, au pire une cabale pour briser un salarié qui dérange.


Illustration : Aurel

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.