Une farce au goût amer

Façon Michael Moore, François Ruffin épingle Bernard Arnault.

On connaissait François Ruffin en journaliste poil-à-gratter. Avec ce premier film, le fondateur de Fakir se fait réalisateur et comédien pour promouvoir l’un des combats de son mensuel. Sa cible : Bernard Arnault, première fortune de France. Vêtu d’un tee-shirt « I love -Bernard », Ruffin fait mine de défendre l’image du roi du luxe et de l’influent patron de presse (Les Échos, Le Parisien) auprès de ses victimes, des ouvrières d’une usine qui fabriquait pour LVMH des costumes Kenzo avant d’être…

Il reste 74% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Des écrans de fumée ?

Pédopsy : Nos futurs
par ,

Blog

 lire   partager

Articles récents