Anne-James Chaton : Jouer avec les icônes

Dans Elle regarde passer les gens, Anne-James Chaton opère une traversée du XXe siècle au travers de treize femmes célèbres.

Christophe Kantcheff  • 2 mars 2016 abonné·es
Anne-James Chaton : Jouer avec les icônes
© **Elle regarde passer les gens**, Anne-James Chaton, Verticales, 255 p., 21 euros. Photo : Catherine Hélie/Gallimard

Anne-James Chaton est un homme-orchestre, un poète-à-grand-spectacle. Qui a déjà assisté à l’une de ses performances sait la profusion d’images qu’il suscite, mêlant musiques et sons à ses mots. Sur l’écran mental du spectateur, Anne-James Chaton agit comme un projecteur de cinéma qui diffuserait des films inédits et riches en voyages. De ce fait, nombre de ses ouvrages [^1] intègrent un CD, qui constitue l’interprétation sonore du livret.

Tel n’est pas le cas d’Elle regarde passer les gens. L’enregistrement de cette partition poétique n’est pas fourni. Une note précise qu’il en existe une adaptation pour la scène. Mais, en l’état, Elle regarde passer les gens est un texte de 250 pages qui revisite d’un trait tout le XXe siècle. Il est constitué de douze chapitres ; le premier s’intitule « Le nouveau siècle », le dernier « La chute du mur de Berlin ». C’est un monument mémoriel, une vaste odyssée à travers le temps. Mais là ne se résume pas l’aventure.

Chaque phrase d’Elle regarde passer les gens est

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Littérature
Temps de lecture : 5 minutes