Brésil : Le gouvernement vacille

Le pays est en proie à une grave crise de confiance envers ses dirigeants.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


« Dilma dehors ! », scandaient quelque trois millions de personnes, selon la police, dimanche, dans plusieurs villes du Brésil. Une mobilisation historique, gage de réussite pour l’opposition, laquelle espère convaincre les députés hésitants de voter pour la destitution de la Présidente Dilma Rousseff. Le Brésil, en proie à une grave crise de confiance envers ses dirigeants, a assisté ces derniers temps à la chute du Parti des travailleurs (PT), embourbé dans de multiples scandales de corruption. Lâché par ses alliés du Parti du mouvement démocratique brésilien (PMBD), qui s’est donné trente jours pour décider s’il restait ou non au sein de la coalition, le gouvernement doit aussi faire face aux déboires judiciaires de l’ancien Président Lula. Ce dernier risque une mise en examen pour des faits de corruption et de blanchiment d’argent dans le cadre de l’affaire Petrobras, ce qui pourrait bien torpiller le maintien au pouvoir du PT en cas de destitution. Mercredi, le Tribunal suprême fédéral (STF) doit fixer les règles concernant la procédure d’« impeachment » enclenchée en décembre à l’encontre de la Présidente. Des affaires qui constituent une aubaine pour une droite revancharde.


Photo : CHRISTOPHE SIMON / AFP

Haut de page

Voir aussi

Articles récents