Brésil : « Nous sommes à la veille d’un coup d’État ! »

Gilberto Maringoni voit dans la dénonciation de la corruption par la droite conservatrice sa volonté de reprendre le pouvoir par la force.

Bien qu’il critique le gouvernement actuel sur sa politique économique, vouée à l’échec dans un Brésil entré en récession en 2015, et qu’il ait quitté le Parti des travailleurs pour rejoindre en 2005 le Parti socialisme et liberté (PSOL), Gilberto Maringoni considère l’ex-Président Lula comme le seul personnage politique en mesure de tenter de sauver le gouvernement. La popularité de la Présidente Dilma Rousseff est au plus bas, et 68 % de la population souhaite sa destitution. Comment, dans ce contexte,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Décolonisation inachevée

Politique accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents