De plus grandes cages, De plus longues chaînes*

Le projet remanié prévoit que les patrons ne pourront pas distribuer plus de 100 coups de fouet aux indociles.

Lundi : le gouvernement « socialiste » annonce, par la voix de sa ministre du Travail, qu’il va procéder, « à la demande générale de 500 millions de salariés » et « pour en finir avec le fléau du chômage », à une réforme du droit du même nom. Il avance, pour justifier cette initiative, plusieurs arguments de poids, et fait notamment valoir que « le code du travail, tel qu’il a été initialement rédigé par des bolcheviques sous acide, fait 139 000 pages, t’as vu : c’est 138 999 de trop, ça prend pas non plus…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents