Dossier : Europe : Le retour des murs

La Pologne refuse les migrants

Le nouveau pouvoir est ultra-conservateur et nationaliste. Ses opposants craignent un isolement du pays sur la scène européenne. Reportage.

Samedi 27 février, des dizaines de milliers de manifestants se sont de nouveau retrouvés dans les rues de Varsovie pour protester contre le tour autoritaire du nouveau gouvernement polonais. En octobre dernier, le parti nationaliste ultra-conservateur Droit et Justice (PIS) est sorti vainqueur du scrutin législatif et, depuis, légifère tous azimuts pour prendre la main sur la Cour constitutionnelle, les médias, la justice, etc. « Le PIS pratique la stratégie du salami. Ils prennent une tranche de liberté,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents