« Partout dans le monde le corps des femmes est politique »

L’anthropologue Giulia Fabbiano revient sur la tribune qu’elle a cosignée pour dénoncer les « clichés orientalistes » exprimés par Kamel Daoud.

Spécialiste de l’espace postcolonial franco-algérien, en particulier des questions de mobilité, d’identité et de mémoire, Giulia Fabbiano, chercheuse à l’université d’Aix-Marseille, a vécu près d’un an et demi à Alger et dans les montagnes de l’ouest algérien. D’origine sicilienne, elle est particulièrement sensible aux luttes des femmes contre le patriarcat des deux côtés de la Méditerranée. Elle explique ici la démarche collective des signataires du texte dénonçant les stéréotypes véhiculés par Kamel…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents