Pauvres comme jobs

Acerbe, drôle et autobiographique, Salaire net et monde de brutes livre, sous forme de série animée, un tableau juste du travail temporaire.

C’est un couple qui passe beaucoup de temps à la laverie automatique, ou bien reclus dans son appartement mansardé exigu. Un couple sans le sou, englué dans la précarité, rivé à son portable décroché à tout moment, en quête du moindre petit boulot, répondant aux sollicitations d’une agence, Avenir Intérim. Des coups de fil enthousiastes, euphoriques, sûrs de proposer le « job qu’il vous faut ». Qui pour être le « nouveau visage du prêt-à-porter » (après toutefois une demi-journée de formation) ; qui pour…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents