Pour un féminisme anticolonial

Martine Storti dénonce l’utilisation de l’égalité hommes-femmes comme cheval de Troie d’une revendication identitaire. Manquant parfois de nuances.

Olivier Doubre  • 16 mars 2016 abonné·es
Pour un féminisme anticolonial
© **Sortir du manichéisme. Des roses et du chocolat**, Martine Storti, Éd. Michel de Maule, 152 p., 17 euros.Photo : DOMINIQUE FAGET / AFP

Féministe, longtemps journaliste à Libération, où elle suivait le MLF, Martine Storti construit dans Sortir du manichéisme. Des roses et du chocolat une réflexion sur les crispations identitaires qui lacèrent depuis des années la société française, mais aussi le mouvement féministe.

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société
Temps de lecture : 3 minutes