Record mondial de chaleur en février

La NASA  vient de publier des chiffres inquiétants qui n’inquiètent pas les candidats républicains à la primaire présidentielle

Claude-Marie Vadrot  • 13 mars 2016
Partager :
Record mondial de chaleur en février
© Crédit photo: JUAN GAERTNER/SCIENCE PHOTO LIBR / JGT / SCIENCE PHOTO LIBRARY

Samedi 12 mars, les responsables de la Nasa ont annoncé officiellement que, selon leurs observations, le mois de février 2016 avait été le plus chaud jamais observé sur la planète. Avec une température moyenne de la planète de 1,35 degré supérieure à la moyenne constatée depuis qu’existent les relevés fiables (fin du XIX° siècle). Ils ajoutent que cette moyenne de février était également supérieure de 0,2 degré au mois le plus chaud jamais répertorié : le mois de janvier de cette année.

D’après les chiffres de la Nasa, la température moyenne relevée au mois de février a pour la première fois amené la température globale de la planète à dépasser les 1,5 ° de réchauffement global. La NASA note également que l’augmentation de la température moyenne a surtout affecté l’hémisphère Nord avec une croissance de 2,76° supérieure à la référence de base calculée sur la moyenne de la période 1951-1980. Pour ce qui concerne la zone de l’Arctique, le dépassement par rapport à cette référence pourtant récente, a été de 5,36°. Ce qui fait dire à Gavin Schmidt, directeur des études à la NASA:

Toutes ces augmentations représentent une importante frontière pour l’humanité et pour nos relations avec notre planète. Le changement climatique mérite plus que jamais notre attention.

Ces avertissements n’ont pas empêché deux des candidats à la primaire républicaine de rejeter la réalité au cours de leurs déclarations et leurs réunions du dernier week-end. Donald a répété une fois de plus devant ces partisans et les journalistes que le réchauffement climatique était « une invention des Chinois pour déstabiliser notre industrie nationale ». Tandis que son concurrent Marc Rubio, au cours d’un débat sur CNN, tout en admettant que le climat changeait a ajouté « de tout temps le climat a évolué, mais non seulement la loi n’y peut rien, mais en plus les émissions de carbone n’y sont absolument pour rien et de toute façon la Chine et l’Inde continueront à polluer ».

Monde
Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Birmanie : « Nous gagnerons car nous n’avons pas le choix »
Résistance • 25 janvier 2023 abonné·es

Birmanie : « Nous gagnerons car nous n’avons pas le choix »

Deux ans après le coup d’État militaire, le mouvement de résistance pro-démocratie ne fléchit pas. Cependant, l’issue de sa lutte dépend du renforcement des soutiens extérieurs, jusque-là timides.
Par Patrick Piro
« La France n’a pas accompagné la démocratisation de l’Afrique de l’Ouest »
Entretien • 4 janvier 2023 abonné·es

« La France n’a pas accompagné la démocratisation de l’Afrique de l’Ouest »

Le chercheur béninois Francis Laloupo étudie depuis longtemps les enjeux géopolitiques de l’Afrique et les conflits qui y émergent, particulièrement en Afrique de l’Ouest. Cette région connaît aujourd’hui des soubresauts qui contrecarrent ses avancées vers la démocratie. L’ex-colonisateur français en porte une responsabilité non négligeable, estime le chercheur.
Par Patrick Piro
Droits des femmes et LGBT+ : la menace Meloni
Monde • 14 décembre 2022 abonné·es

Droits des femmes et LGBT+ : la menace Meloni

Depuis l’élection du gouvernement d’extrême droite en Italie, les mouvements pro-vie et anti-genre prennent de l’ampleur et s’emploient à infléchir la législation dans le sens de leurs combats.
Par Irene Fodaro
De la Syrie à l’Irak, les Kurdes sous les feux croisés turcs et iraniens
Répression • 9 décembre 2022 abonné·es

De la Syrie à l’Irak, les Kurdes sous les feux croisés turcs et iraniens

Accusés de tous les maux par Ankara et par Téhéran, les partis d’opposition et les groupes rebelles kurdes vivent des heures très difficiles en Irak et en Syrie. Si la « communauté internationale » ne cache pas sa préoccupation, personne ne semble en mesure de mettre fin à un cycle devenu infernal. Décryptage.
Par Laurent Perpigna Iban