Turquie : « Une politique de la terre brûlée »

L’économiste et politologue Ahmet Insel analyse l’attitude à haut risque du président Recep Tayyip Erdogan.

La politique du gouvernement turc sur la question kurde s’est profondément durcie depuis le printemps 2015, en raison d’une opinion majoritaire conservatrice qu’Erdogan veut continuer à séduire. Mais aussi parce que la création d’une entité kurde en Syrie renforce le parti séparatiste kurde (PKK). Selon Ahmet Insel, la politique autoritariste du président turc est indissociable de sa volonté permanente d’attiser les tensions au sein de la société turque. Ankara a été le théâtre, dimanche 13 mars, d’un…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents