La CGT à la croisée des chemins ?

À la veille de son 51e congrès, à Marseille, la confédération se trouve confrontée à des questions et à des pratiques nouvelles, en plein mouvement social contre la loi El Khomri.

La CGT a fêté ses 120 ans d’existence l’automne dernier. Doyenne des centrales syndicales françaises, occupant encore aujourd’hui la première place aux élections professionnelles, forte de plus de 700 000 adhérents (selon différentes sources), la « vieille dame » connaît inévitablement le poids d’un passé à la fois glorieux à la pointe des luttes et moins glorieux d’un dogmatisme ancien, longtemps mâtiné de productivisme. Les temps ont changé, mais la CGT, en 2016, est toujours en première ligne dans le…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents