Le mari, la femme et l’argent

Avec Les affaires sont les affaires, Claudia Stavisky transpose brillamment les bourgeois de Mirbeau au XXIe siècle.

Au théâtre, les pamphlets d’hier servent souvent de machines de guerre camouflées derrière leur rassurante image patrimoniale. Si, au théâtre des Célestins, à Lyon, puis en tournée, Claudia Stavisky a choisi de monter Les affaires sont les affaires d’Octave Mirbeau, ce n’est sans doute pas pour nous rappeler qu’il y avait des affairistes peu scrupuleux au temps où l’auteur faisait jouer sa pièce, c’est-à-dire en 1903. C’est plutôt pour nous dire que les truands du business n’ont pas quitté la scène et que…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents