L’inquiétante musique de Manuel Valls

Dans un essai documenté, Noël Mamère et Patrick Farbiaz décortiquent le néoconservatisme incarné par le Premier ministre et appellent la gauche à reprendre la bataille culturelle.

Durant la campagne présidentielle de 2007, Manuel Valls avait soutenu Ségolène Royal et son slogan de « l’ordre juste ». Mais, quatre ans plus tard, dans la course de la primaire à gauche fin 2011, le futur Premier ministre de François Hollande trouvait le programme de son ancienne championne empreint d’un dangereux gauchisme. « Je veux, martelait-il, dans le livre qu’il venait de publier [^1], réhabiliter l’ordre en tant que tel, dans ses vertus structurantes et libératoires pour l’individu. Non pas…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents