Loi travail : Les raisons d’un acharnement

François Hollande et Manuel Valls sont déterminés à ne rien céder aux opposants à la loi travail. Par respect des engagements pris auprès de Bruxelles ou par conviction libérale ?

La scène remonte aux premiers jours de la contestation de la loi travail. Le 23 février, Manuel Valls était interrogé par un chef d’entreprise, auditeur de la matinale de RTL, qui lui demandait s’il résisterait à la « pression sociale ». « J’irai jusqu’au bout », avait répondu le Premier ministre. Promesse tenue, du moins jusqu’ici. Ni le succès de la pétition en ligne « Loi travail non merci ! » (1,3 million de signatures), ni les multiples manifestations syndicales et étudiantes, ni la détermination des…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents