Nuits debout de tous les pays…

Bruxelles, Valence, Montréal… Des rassemblements ont vu le jour au-delà des frontières françaises, témoignant d’un ras-le-bol général. Reportage à Berlin.

À Nuit debout Berlin, on se comprend en anglais. Et pour cause : ce mercredi soir, il y a autant de Français que d’Allemands sur la Mariannenplatz. Une quarantaine de personnes sagement installées sur les marches de pierre face à deux organisateurs chargés de gérer les tours de parole. Pas de sono, pas de micro, pas même un mégaphone. Nuit debout Berlin est, ce soir, en tout petit comité. Des expatriés français, activistes allemands ou simples citoyens curieux et quelques Parisiens en vacances, venus voir…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents