Syrie : Alep, ville martyre

Le régime syrien a profité du cessez-le-feu pour lancer une offensive contre Alep.

En visite mardi à Moscou, l’émissaire de l’ONU Staffan de Mistura, orfèvre en langue de bois, a annoncé « un meilleur mécanisme pour surveiller et contrôler un nouveau cessez-le-feu ». Sur le papier, les choses sont pourtant moins difficiles à comprendre. Au cours des dernières semaines, le régime syrien a profité d’un cessez-le-feu tout théorique pour lancer une grande offensive contre les positions tenues par les rebelles à Alep. Et un seul pays peut arrêter le bras du crime : la Russie. La question est…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Waly Dia : « Je fais rire les gens qui luttent »

Société
par et ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.