Dossier : Amérique du Sud : La gauche en panne

Amérique du Sud : Les raisons d’un reflux de la gauche

La crise économique n’explique pas tout. La gauche sud-américaine paie aussi sa difficulté à réformer les sociétés du continent le plus inégalitaire du monde.

Et le nouveau président du Pérou s’appelle Pedro Pablo Kuczynski, depuis dimanche dernier. Pour une poignée de voix, le candidat de centre droit, issu d’une élite blanche et libérale, a défait la favorite Keiko Fujimori. L’enjeu principal du scrutin était d’empêcher le retour au pouvoir du clan de son père, Alberto, président de 1990 à 2000 et aujourd’hui en prison pour crime contre l’humanité et corruption. La gauche a été battue au premier tour en avril, alors qu’Ollanta Humala, élu en 2011 sur un…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents