Avignon : Le monde brûle les planches

Les spectacles de Van Hove, Gosselin, Liddell, Lupa… composent un programme très contrasté, à la fois actuel et historique, mais aussi tourné vers le Moyen-Orient.

Un cheval attaché mais récalcitrant : tel est le symbole de la 70e édition du Festival d’Avignon, qui débute le 6 juillet. C’est ce que représente l’affiche confiée à l’artiste Adel Abdessemed, dont les œuvres seront exposées au cloître des Célestins. Au-delà du symbole, Olivier Py, le directeur, y voit une rencontre entre les spectacles invités et les mouvements de pensée nés ces derniers temps. « Chez beaucoup d’artistes, j’ai retrouvé ce sentiment que le “trop difficile” les emmenait vers tous les…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

La peste Zemmour

Politique accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.