Dix députés pour BDS

Ils ont déposé deux amendements visant à dépénaliser le boycott d'un État.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


La loi dite « Égalité et Citoyenneté », actuellement en débat à l’Assemblée, aura indirectement des effets sur la campagne BDS contre la colonisation et l’occupation des territoires palestiniens par Israël. Manuel Valls ne fait pas mystère de son intention d’assimiler les appels au boycott à de l’antisémitisme et de les ranger dans des délits de droit commun. C’est la raison pour laquelle dix députés (Pouria Amirshahi, Alexis Bachelay, Jean-Jacques Candelier, André Chassaigne, Yves Daniel, Hervé Féron, Jacqueline Fraysse, Michel Ménard, Noël Mamère et Gabriel Serville) ont déposé deux amendements stipulant que « ne constitue pas une provocation à la discrimination le fait d’appeler au boycott (ou le refus d’acheter) des produits ou des services concourant à la politique contestée d’un État ».


Haut de page

Voir aussi

Articles récents