Du moisi à Béziers

C’est la France la plus moisie qui s’était donné rendez-vous dans la ville administrée par Robert Ménard.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Oh, le beau rassemblement qui a eu lieu ce week-end à Béziers ! Même si Nadine Morano, Philippe de Villiers et Nicolas Dupont-Aignan avaient décliné l’invitation, c’est la France la plus moisie qui s’était donné rendez-vous dans la ville administrée par Robert Ménard. Aux côtés des rédactions de Valeurs actuelles et du site Boulevard Voltaire, co-organisateurs de l’événement, on trouvait les idéologues d’extrême droite Renaud Camus et Alain de Benoist, l’écrivain Denis Tillinac, l’avocat Gilles-William Goldnadel, l’entrepreneur Charles Beigbeder, le député LR – très Manif pour tous – Jean-Frédéric Poisson, ou encore la coterie frontiste : Louis Alliot, Gilbert Collard et Marion Maréchal-Le Pen. Considérant que Ménard, qui a déclaré que ce rassemblement ne servirait « de marche-pied à personne », avait manqué de respect au Front national, la nièce de Marine Le Pen a pris la porte en cours de route, ce qui n’a pas aéré l’atmosphère pour autant. Robert Ménard a profité de l’occasion pour lancer son mouvement « Oz ta droite ! » (sic), qui préconise 51 mesures dignes de la réaction la plus pure. Ce week-end, ce n’est pas à Verdun, pour le centenaire de la bataille, que flottait la mémoire de Pétain, mais à Béziers.


Haut de page

Voir aussi

Cinéma à l’Élysée

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Le blanchiment de Le Pen

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents