Faites taire ce mur !

Réactions outrées autour d'une fresque signée Goin apposée près de la gare de Grenoble.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Une femme au drapeau défraîchi, rappelant La Liberté guidant le peuple, de Delacroix, battue par des policiers portant des boucliers à l’effigie du 49.3. Cette fresque signée par l’artiste Goin a été apposée le 23 juin près de la gare de Grenoble dans le cadre du Grenoble Street Art Festival. Depuis, un flot de réactions outrées, de Bernard Cazeneuve au directeur départemental de la sécurité publique en passant par divers élus de droite comme du PS, en appelle, plus ou moins explicitement, à la censure. Une vision critique de l’État imposant de force la loi travail leur est donc insupportable ?


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.