L’obscénité est un métier

Pour Pierre Gattaz, les syndicalistes se comportent « comme des terroristes ».

L’obscénité est un métier qui ces temps-ci, et par chez nous, ne connaît pas du tout la crise : le secteur recrute à tour de bras, et force est de reconnaître que la main-d’œuvre y est excellemment qualifiée. L’autre jour, par exemple (je crois l’avoir déjà évoqué ici, dans une note de bas de chronique) : Alain Finkielkraut a essuyé, place de la République (75010 Paris), où il escomptait se mêler incognito à la foule des nuitdeboutistes, quelques insultes, et, semble-t-il, un crachement – putain, ce que…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents