Orlando : la démagogie ne profite pas à Trump

La tuerie du 12 juin pourrait n’avoir aucune conséquence sur la campagne électorale, les réactions de chacun des candidats ayant satisfait leurs électeurs respectifs.

En 2004, George Bush et John Kerry ont eu l’après-11 Septembre. Barack Obama et John McCain la crise financière de 2008. Donald Trump et Hillary Clinton auront-ils Orlando en 2016 ? Les crises, quelle que soit leur nature, exercent un impact sur les campagnes présidentielles. Et depuis que quarante-neuf personnes ont été tuées dans une boîte de nuit gay d’Orlando, dans la fusillade la plus meurtrière de l’histoire des États-Unis, beaucoup de commentateurs se demandent si la tragédie profitera davantage à…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents