Dossier : Perturbateurs endocriniens : Une bombe sanitaire

Perturbateurs endocriniens : Une bombe sanitaire

Ces substances chimiques présentes dans notre quotidien pourraient entraîner des troubles graves.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Plastiques, cosmétiques, détergents… Les perturbateurs endocriniens sont des substances chimiques présentes dans les objets du quotidien et notre environnement. Les plus connus étant le bisphénol A, le glyphosate, les parabènes… En modifiant la régulation hormonale des êtres vivants, ils sont identifiés depuis les années 1970 comme pouvant intervenir dans le développement de troubles de la reproduction, de cancers, de maladies métaboliques, de troubles de la croissance, etc. Les femmes enceintes et les jeunes enfants sont les plus vulnérables.

Si on ne peut pas s’en protéger complètement, on peut réduire l’exposition à certains de ces produits et limiter les risques par une réglementation, comme il en existe sur les cancérigènes. C’est ce qu’ont réclamé certains États à la Commission européenne en 2009. Sa définition des perturbateurs endocriniens, qui doit servir de base à une réglementation, sera rendue publique le 15 juin. Conduira-t-elle vers une politique plutôt favorable à l’industrie ou plutôt au service de la santé publique ? Cette deuxième option entraînerait une révolution dans le monde de la chimie et dans nos modes de vie. Mais quelles chances a-t-elle de l’emporter ?


Haut de page

Voir aussi

Articles récents