Philippe Marlière : « Le nationalisme n’est pas une idée de gauche »

Le cas britannique a démontré, selon le politologue Philippe Marlière, qu’un « non » de gauche à l’Union européenne était risqué dans un contexte de repli identitaire.

Le Brexit n’est pas une bonne nouvelle pour la gauche européenne, car il traduit davantage un repli sur soi qu’une critique de la politique néolibérale de l’Union, prévient le politologue -Philippe Marlière. Y a-t-il une chance pour que le Brexit fasse bouger la ligne politique de l’Union européenne ? Philippe Marlière : À écouter les réactions des capitales et des responsables européens, il est probable que leur action vise surtout à tenter de préserver le statu quo et d’éviter que le Brexit ne remette en…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents