Podemos victime du Brexit ?

La coalition plurielle de Pablo Iglesias n’a pas réussi à se positionner comme première force à gauche, laissant la victoire à la droite. Pourquoi cet échec ? Et quel avenir pour le parti ?

Ce devait être le « sorpasso » (le dépassement), ça a été la douche froide. Après le centre libéral de Ciudadanos en décembre dernier, Unidos -Podemos vient de connaître à son tour la malédiction des sondages lors du second scrutin des élections générales espagnoles de dimanche. Estimée deuxième force nationale et première à gauche dans toutes les enquêtes des semaines précédant le vote, la grande coalition -de Pablo -Iglesias, qui se présentait main dans la main avec la formation écolo--communiste…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.