Un amour de la plus belle eau

Avant de disparaître l’été dernier, Solveig Anspach a tenu à achever L’Effet aquatique, un film tendre et drolatique, entre Montreuil et l’Islande.

Solveig Anspach, disparue à 54 ans le 7 août dernier, était une batailleuse. Pour mener à bien ses projets de cinéma, d’abord, dont la singularité signifiait le plus souvent un montage financier difficile – même si elle était aidée en cela par son producteur fidèle, chez Agat films, Patrick Sobelman. Contre la maladie, ensuite, dont elle a repoussé les assauts jusqu’à ses derniers instants pour pouvoir tourner L’Effet aquatique, son film ultime mais non testamentaire. Avec Back soon (2008) et Queen of…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.