Après le Brexit, les Grecs entre ironie et amertume

L’attitude de l’Union européenne après le référendum britannique renforce le camp des eurosceptiques en Grèce.

Deux semaines après le référendum britannique, le Brexit est toujours au centre des discussions en Grèce. Pour preuve, ce sondage posant la question qui est dans toutes les têtes mais que personne n’ose vraiment formuler : « Êtes-vous pour ou contre l’organisation d’un référendum comme au Royaume-Uni ? » Malgré les trois plans d’austérité et les sept ans de récession, 54 % des Grecs ont encore répondu par la négative, 38 % par l’affirmative, et 8 % ne se sont pas prononcés. Toujours d’après ce sondage,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents