Dossier : À la reconquête de l'espace public : La rue est à nous !

Au Maghreb, places de la résistance

D’abord lieux de domination coloniale, les places publiques sont devenues des symboles des régimes autoritaires, avant le retour du peuple en 2011.

Un espace immense sans un millimètre de libre. En ce 25 janvier 2011, le monde découvre la place Tahrir vue d’en haut. Le régime vient d’interdire une manifestation. Erreur : grâce aux réseaux sociaux, qui propagent le message, 15 000 Égyptiens envahissent la place. Ils ne la quitteront pas jusqu’à la démission de Moubarak, le 22 février, au son de « Tahrir a fait chuter le tyran ! ». Tien’anmen, Tahrir, Bastille, Maïdan, place Rouge ou place Venceslas – sur laquelle un étudiant s’immola lors du Printemps…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents