Ceta : Foutue démocratie !

Jean-Claude Juncker ne manque jamais d’imagination pour se débarrasser de la démocratie !

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Contrairement aux apparences, ceci n’est pas une marche arrière. Au lendemain du Brexit, Jean-Claude Juncker avait suscité un tollé en déclarant qu’il se passerait volontiers de l’accord des parlements nationaux pour ratifier le Ceta, cet accord de libre-échange entre ­l’Europe et le Canada ouvrant le secteur des services à la concurrence – et donc, à ce titre, relevant de la compétence nationale.

Le 5 juillet, la Commission européenne tentait d’éteindre l’incendie et proposait finalement que le Ceta soit également ratifié par chaque pays membre. Victoire ? Sauf que la Commission décidait aussi qu’en attendant le vote… l’accord serait appliqué par défaut. À Bruxelles, on ne manque jamais d’imagination pour se débarrasser de cette foutue démocratie !


Haut de page

Voir aussi

Le bac des uns et le bac des autres

Culture
par ,

 lire   partager

Articles récents