La douleur et le crime

Moi, Olga, de Tomas Weinreb et Petr Kazda, est le portrait saisissant d’une jeune homosexuelle qui a terrifié la Tchécoslovaquie des années 1970.

Ingrid Merckx  • 6 juillet 2016 abonné·es
La douleur et le crime
© Photo : DR

En rentrant de chez le médecin, sa mère lâche : « Il faut beaucoup de volonté pour se suicider, ma fille. Tu n’en as pas assez. » Direction la maison de correction, où Olga (Michalina Olszanska) n’a envie ni des caresses des autres filles ni

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Cinéma
Temps de lecture : 2 minutes