Péchés d’orgueil

Avec ses Damnés, Ivo van Hove n’arrive pas à la hauteur de Visconti. Et Angelica Liddell pratique la provocation avec trop d’arrogance.

L__es Damnés, qui a ouvert le Festival d’Avignon dans l’auguste Cour d’honneur du palais des Papes, est un beau spectacle… qui ne laissera pas beaucoup de souvenirs. Car à quoi bon transposer le scénario d’un grand film de Visconti pour en faire un objet dramatique certes séduisant mais qui se situe à des encablures de l’œuvre qui l’a inspiré ? On comprend que la Comédie-Française se soit lancée passionnément dans l’aventure : pour les acteurs, c’est une autre manière de travailler, une confrontation avec…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents